[TEST] Towerfall (PC) 2013

 ACTUS
  • * Call of Duty Modern Warfare - 5 euros de réduction sur l'adhésion avec le code CODMW !
  • * N'oubliez pas de nous suivre sur Twitch -> Gamisport_tv / Twitter -> gamisportfr / Instagram -> Gamisportfr / Facebook -> Gamisportfr *
  • * Recrutement: Nous recrutons pour les équipes eSport sur Lol - Overwatch - SC2 *
  • Gameplay
  • Graphismes
  • Durée de vie
  • Son et musiques
  • Intérêt

TowerFall est un jeu vidéo de combat en arène développé par Matt Thorson dans lequel jusqu’à quatre joueurs s’affrontent à l’aide de flèches et de sauts sur la tête de l’ennemi, mais également un jeu de coopération.

Dans ce test, je prend en compte l’add-on Darkworld, car il apporte pas mal de complément aux petites imperfections de ce magnifique jeu.

Le succès de ce titre m’a amené à le sélectionner, et je ne suis pas le seul, comme jeu de tournoi sur les conventions, chose assez rare pour un jeu indépendant.

Towerfall versus

Un jeu de tournoi, mais pas que ...

Towerfall Ascension est un titre jouable en LOCAL, et permet sur consoles et PC de jouer à plusieurs, jusqu’à 4 sur ordinateur, et même jusqu’à 6 sur Switch.

Le 26 Octobre, j’ai participé à un tournoi Towerfall à la Japan Matsuri à Montpellier sur la Switch, avec une manette Gamecube, mais c’était la première fois, et je vais donc plutôt me consacrer au test du jeu sur PC, que je connais bien mieux.

Que l’on joue en « Versus » ou en « Co op », le plaisir du jeu à plusieurs est là. Versus étant le jeu de tournoi, et Co op étant plus réservé au free play ou à la maison, mais les deux modes se partagent à part égale ce Titre indé.

Le test

Les jeux dits « rétro » sont, hélas, vu par beaucoup de médias comme seulement des titres ayant des graphismes Pixelisés. Oui Towerfall à première vue semble avoir un graphisme à l’ancienne, mais le « rétro » n’est pas que dans le visuel, c’est l’ambiance, et surtout la nostalgie.

Sur ce point de vue, Towerfall rend hommage aux titres « rétro », et ne tombe pas dans le panneau de « l’archaïsme ».

Des graphismes pixelisés, des couleurs chatoyantes et un gameplay en 2D qui respire bon les années 80, rassemblant des amis devant un écran afin de s’étriper dans la joie et la bonne humeur. Pas de mode Online, car selon ses développeurs, Towerfall est destiné à des parties endiablées sur le canapés plutôt que seul devant sa machine, dans sa chambre.

Le jeu de Matt Thorson plonge chaque joueur dans la peau d’un fier archer et nous propulse immédiatement dans une arène sans pitié où tous les coups sont permis. L’élégance de son gameplay permet de le résumer très rapidement puisque l’on se contente finalement de sauter, tirer et esquiver dans TowerFall sans que cela n’empêche jamais de donner une incroyable profondeur à des affrontements qui n’épargnent pas la moindre erreur.

Incroyablement simple, TowerFall est aussi étonnamment riche. Facile à comprendre, difficile à maitriser, et lorsque l’on se confronte à un nouveau joueur, un gouffre de maitrise peut apparaitre assez rapidement, alors que chaque personnage dispose des mêmes chances.

La présence d’une multitude de modificateurs permet de remettre les pendules à zéro pour encore plus de chaos, que l’on s’amuse à ralentir le temps, à modifier la gravité ou à carrément tout régler en aléatoire. Un mode tournoi permet de s’entrainer avant une convention ou un championnat officiel.

La vidéo de towerfall sur youtube

Les jeux multijoueur épurés ne manquent pas ces derniers temps mais TowerFall arrive tout de même à se démarquer en proposant une richesse de contenu tout à fait impressionnante. Chaque arène enchaîne de multiples écrans afin de continuer à révolutionner les rounds d’un même match, les bonus uniques à certains niveaux modifient complètement les enjeux et l’on se retrouve finalement avec un gameplay extrêmement rejouable, l’amusement éloignant tout signe de lassitude qui aurait pu s’installer après quelques dizaines d’heures de jeu.

Afin d’exploiter l’intégralité de son potentiel, il faudra réunir quatre joueurs, trois ou quatre manettes (le jeu étant tout à fait jouable au clavier), et autant de chaises devant la même machine afin d’enfin se lancer dans la mêlée. C’est un impératif qui joue énormément en la faveur du jeu lorsque les conditions parfaites sont réunies – rarement aura t-on autant hurlé et ri en regardant tous dans la même direction – mais qui laissera pas mal d’acheteurs potentiels sur le carreau, faute d’opportunité idéale.

Revu et encore enrichi, le portage du jeu de Matt Thorson est un bel exemple d’efficacité dans sa conception comme dans son gameplay qui génère des escarmouches chaotiques mais précises et des affrontements simples mais infiniment riches. Construit autour d’un coeur pur de fun à plusieurs, le jeu se destine avant tout et surtout aux joueurs capables de se réunir au moins à deux mais idéalement à quatre devant leur écran afin de se mutiler pendant des heures sans jamais se lasser. Seul point négatif selon moi, malgré un bon nombre de niveaux différents, l’intérêt du jeu nous pousse à espérer, sans résultat pour le moment, d’ajouts à ce titre, de nouveaux modes de jeux, de personnes en plus (bien que pas mal de personnages cachés à débloquer sont disponibles).

Il m’arrive bien souvent de me connecter au site de Towerfall afin de vérifier s’il n’existe pas un add on supplémentaire, mais j’ai l’impression que le créateur se repose hélas sur ses lauriers.

Partagez cette news !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.